Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Septembre 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Marque-page social

    Marque-page social reddit  Marque-page social google      

    Conservez et partagez l'adresse de FORUM AAMCI LES CAMPS PARACHUTISTES sur votre site de social bookmarking

    LA BRCS Colonel SEROT

    Aller en bas

    LA BRCS Colonel SEROT  Empty LA BRCS Colonel SEROT

    Message  Rapace Jeu 11 Mar - 13:48





    Nous sommes tous intéressés par l'Histoire Militaire, et peu importe nos affectations, surtout si ces histoires sont vérifiées et bien racontées. Alors ne boudons pas notre plaisir et découvrons cette BRCS colonel SEROT.  


    LA BRCS Colonel SEROT  310_br10


    Dès le début de la guerre d'Indochine, il apparut au commandement que l'arme aérienne aurait à jouer un rôle capital dans la conduite des opérations qu'il s'agisse de renseignement, d'appui au sol, d'interventions aéroportées ou tout simplement d'aérotransport d'hommes et de matériel. L'étendue du territoire, l'impénétrabilité de certaines zones, l'isolement de nombreuses garnisons autant que la nécessité de réagir rapidement aux actions d'un ennemi particulièrement fluide rendaient inévitable un recours massif à l'aviation. En devenant un élément essentiel de la stratégie opérationnelle du Corps expéditionnaire, les bases aériennes constituaient, dès lors, des cibles de choix pour l'adversaire.

    Soucieuse d'assurer au mieux la protection de ces bases, la sécurité "Air" crée, sur chacune d'entre elles, une section "Exploitation" destinée à recueillir les renseignements indispensables à l'organisation de la défense. Ces sections sont très rapidement complétées par des sections "Intervention" chargées d'intercepter et de détruire les éléments viet-minh opérant à proximité des bases.
    De 1946 à 1950, cette organisation donne toute satisfaction en permettant de faire face avec succès aux actions de guérilla et de harcèlement laissées, la plupart du temps, à l'initiative de chefs de bandes locaux. A partir de 1950, l'activité viet-minh va perdre progressivement son caractère improvisé pour s'intégrer dans des plans d'ensemble élaborés selon les directives données par l'état-major du Nambo.

    Le commandement de l'armée de l'air répond alors avec la création de "Brigades de recherche et de contre-sabotage" (BRCS) sur chaque grande base. Regroupant les sections "Exploitation" et "Intervention", les BRCS sont placées directement aux ordres du commandant de base. Leur existence sera officialisée par le général Salan en 1951.

    Mise sur pied par le capitaine Charles-Albert Meyer dont nous avons déjà parlé ici-même, la BRCS "Colonel Serot" est chargée de la protection de la BA 191 de Tan-Son-Nhut. Sa mission est d'empêcher toute activité rebelle dans les domaines de l'espionnage et du sabotage et de prévenir toute action d'envergure venant de l'extérieur. La zone d'action initiale de la BRCS est fixée dans un rayon de 20 à 30 kilomètres autour de la base, elle-même incluse dans un quartier constituant la zone de défense rapprochée aux ordres du colonel commandant la BA 191. Cette zone d'action va toutefois se révéler insuffisante pour exploiter efficacement le renseignement et la BRCS étend rapidement son action bien au-delà des limites prévues. Cette extension la conduit à agir dans les quartiers et secteurs de l'armée de terre avec laquelle elle va coopérer de manière exemplaire.

    Le recrutement est à base de combattants viet-minh ralliés. Sur le plan opérationnel, la BRCS agit de manière autonome à partir des renseignements qu'elle a recueillis, la règle étant de travailler uniquement sur renseignements recoupés. Ancêtre des commandos de l'air, la BRCS "Colonel Serot" va remporter de nombreux succès et fera école auprès des autres BRCS. Ses principes d'action sont simples et peu nombreux :

     précision du renseignement,
     mobilité, rapidité, effet de surprise dans l'exécution,
     action en souplesse, exceptionnellement en force.

    Son fondateur, le capitaine Charles-Albert Meyer est un ancien des services spéciaux, qui a fait ses premières armes dans le renseignement durant l'occupation, dès l'âge de 17 ans. Par la suite, il fera une brillante carrière dans le renseignement et les unités opérationnelles, en particulier dans les commandos de l'air où il servira sans interruption de 1956 à 1962. Charles-Albert Meyer quittera le service actif avec le grade de général de brigade aérienne.

    C'est en hommage à son ancien chef qu'il décide de donner à sa BRCS le nom de "commando Colonel Serot". Il conçoit alors un insigne reprenant cette appellation, accompagnée du poignard des commandos et des ailes de l'armée de l'air entourant un cercle dans lequel un combattant vêtu de noir (tenue des commandos-partisans) se détache sur une carte d'Indochine. L'insigne ne sera réalisé qu'après son départ. Il n'existe qu'en fabrication locale.

    Quant au colonel Serot qui donna son nom à la BRCS, ses états de service firent de lui un des héros de la Résistance et du renseignement français. Saint-cyrien, pilote de la première guerre mondiale, organisateur avec le commandant Paillole des services de renseignement en France occupée, il devient le chef du service de sécurité des armées à la Libération. En 1947, il est détaché auprès des Nations Unies en Palestine et devient le chef des observateurs français à Jérusalem. Il sera assassiné dans cette ville, le 16 septembre 1948, par le groupe Stern de l’Irgoun, dirigé par Menahem Beghin, aux côtés du comte Folke Bernadotte.


    KUPALOV



    Rapace
    Rapace

    Messages : 38
    Points : 102
    Date d'inscription : 13/11/2020
    Age : 55
    Localisation : poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum