Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Juin 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Marque-page social

    Marque-page social reddit  Marque-page social google      

    Conservez et partagez l'adresse de FORUM AAMCI LES CAMPS PARACHUTISTES sur votre site de social bookmarking

    CEM de Barèges

    Aller en bas

    CEM de Barèges Empty CEM de Barèges

    Message  LAVEC Mar 2 Fév - 18:54

    CEM de Barèges Cem10

    CEM de Barèges Hopi2b10

    avant d'abriter le centre d'entrainement en montagne cet édifice était un hôpital militaire créé vraisemblablement sous Napoléon.

    je me souviens lors des stages au C.E.M il était strictement interdit de fumer dans les chambres, la couche de poussière accumulée entre les lames des parquets étant telle, que les risques d'explosions étaient réelles.
    et puis au C.E.M il y avait le commandant Pierre HENTIC , célèbre chez les paras neige et pour une belle carrière militaire.

    CEM de Barèges Hopiba10

    CEM de Barèges 1b10

    CEM de Barèges 2_b10


    Le centre régional de BAREGES
    La Région Terre sud-ouest dispose dans les Pyrénées d’un lieu propice à l'entraînement, à la cohésion et aux loisirs : le centre régional de BAREGES (C.R.B.) soutenu par le 1er Régiment de Hussards Parachutistes, occupant désigné de cette emprise.

    La vocation première du C.R.B. est d’accueillir des unités, en leur offrant des possibilités d’hébergement et leur permettant de découvrir les savoir-faire élémentaires « montagne ». Ce site concerne toute troupe, qu'elle soit spécialisée montagne ou non, qui souhaite renforcer sa cohésion ou parfaire sa condition physique.

    Un peu d'histoire

    A l'inverse de la plupart des stations thermales, connues avant l'époque romaine, BAREGES est de fréquentation relativement récente. En 1550, BAREGES est constitué par un "bassin de pierres brutes" et deux cabanes.

    Jusqu'en 1744, date de l'achèvement de la route tracée par l'ingénieur POLARD, ce village n'est accessible que l'été par le col du TOURMALET. Le reste de l'année, seul un vertigineux sentier surplombant le gave de PAU relie les vallées du LAVEDAN et de la BIGORRE. Ce long isolement, aux frontières du royaume d'Aragon, explique sans doute la traditionnelle indépendance des habitants : les TOYS.

    C'est donc à cheval ou en chaise à porteurs, par le col du TOURMALET, que vinrent à BAREGES le Duc d'EPERNON, le Duc de la ROCHEFOUCAUD, le jeune Duc du MAINE, Madame de MAINTENON, COLBERT, le Cardinal de RICHELIEU.

    Le XVII° siècle est marqué par une rénovation des thermes et par les figures du médecin BORDEU et de l'Intendant d'ETIGNY.

    Le premier hôpital militaire, à vrai dire simple caserne, est créé le 6 mai 1732 par un arrêt du Conseil d'Etat du Roy. Il se montre très vite exigu. La réputation de BAREGES pour le traitement des blessés est en effet déjà bien établie.

    Sous l'Empire, les uniformes éclipsent quelque peu les civils. Louis BONAPARTE vient à BAREGES en 1802. Citons ensuite AUGEREAU, LANNES, NEY, MURAT, le Duc de BERG. Après un voyage impérial, les thermes actuels et l'hôpital militaire sont édifiés de 1861 à 1864.

    Les PYRENEES ont la faveur des romantiques, Victor HUGO, TAINE, le poète Henri HEINE, Georges SAND séjournent à BAREGES comme curistes ou visitent en touristes, parmi des milliers d'autres, les sites remarquables de la vallée.

    Mais on ne saurait passer sous silence les fléaux qui, si souvent, ravagèrent BAREGES. L'hiver, avalanches et inondations détruisent à maintes reprises un grand nombre de maisons. Les travaux entrepris par le génie militaire et par les Eaux et Forêts ont beaucoup diminué de nos jours l'importance de ce risque.

    Anciennement centre d'entraînement à la montagne (de 1963 à 1989), le Centre régional de BAREGES (depuis 1998) est un site unique en FRANCE dans son concept d'entraînement, de cohésion et de loisirs et ce, dans le cadre particulièrement attractif, varié et touristique des Pyrénées.

    REPÈRES DE 1861 A 1998

    1861 à 1864 : Construction de l'hôpital militaire et des thermes sous NAPOLEON III
    1945 : Création du Centre d'Instruction Montagne des Pyrénées (C.I.M.P.) de CAUTERETS - Pont d'ESPAGNE
    1960 : Fermeture de l'hôpital militaire
    1963 : Prise en compte des bâtiments par la 11ème Division parachutiste
    Création du Centre d’Entraînement Montagne (C.E.M.) de la 11ème Division parachutiste
    1978 : Création du Centre d’Entraînement Montagne des Pyrénées (C.E.M.P.) regroupant :
    - le C.E.M. de BAREGES
    - le C.I.M.P. de CAUTERETS - Pont d'Espagne
    1989 : Fermeture et dissolution du C.E.M.P.
    1998 : Ouverture des locaux du Centre de BAREGES à " usage d'hébergement - bivouac " pour des séjours limités à l'instruction et à l’entraînement montagne.


    Depuis 2012
    Niché en fond de vallée de la Bigorre, le poste militaire de Barèges est placé sous la responsabilité du 1er régiment de hussards parachutistes (1er RHP) de Tarbes. Ce site militaire unique en son genre est aujourd’hui dédié à la remise en condition opérationnelle des unités après projection.

    L’effet « boule de neige »
    « Le poste de Barèges n’est pas un centre d’entraînement montagne, ni un centre IGESA. C’est un poste militaire orienté vers la cohésion des unités et, de plus en plus aujourd’hui, vers la remise en condition opérationnelle », explique le colonel Jacques de Montgros, chef de corps du 1er RHP. Il ajoute : « Toutes les unités composant le GTIA Raptor [NDLR groupement tactique interarmes déployé en Afghanistan pour le mandat été 2011] sont passées par Barèges à leur retour, pour un moment d’oxygénation. »

    Ancien hôpital militaire, puis centre d’aguerrissement en montagne jusqu’en 1989, le poste de Barèges est complètement intégré dans le paysage local. Les liens avec la commune et les contacts réguliers avec les élus locaux facilitent l’accueil de centaines de militaires dans la vallée. Accès aux cures thermales, location de skis, forfaits ou encore activités estivales sont facilités par des tarifs concurrentiels, faisant de Barèges un site d’accueil unique. Comprenant Barèges, La Mongie et le Pic du Midi de Bigorre, la station du Grand Tourmalet est le plus grand domaine skiable des Pyrénées, avec plus de 100km de pistes.

    Un succès au sommet
    Le poste de montagne de Barèges a vu sa fréquentation augmenter ces dernières années. Site rustique et économique, le poste de montagne a une capacité de 250 lits, et bientôt 100 supplémentaires grâce à un projet d’aménagement. Si au sein de la brigade parachutiste et au niveau des régiments de la région le poste de Barèges est connu, le bouche-à-oreille continue de fonctionner. Ouvert à l’interarmées, il donne la priorité aux unités opérationnelles et accueille des détachements d’Angoulême, Paris ou Belfort.

    « La force du poste, précise le colonel de Montgros, c’est qu’il n’empiète pas sur la spécificité technique des unités de montagne. Nous nous inscrivons dans un autre registre : cohésion, oxygénation et remise en condition opérationnelle.» Le poste de Barèges répond à un vrai besoin de l’armée de Terre.

    Il se mesure par son taux de fréquentation : en 2011, près de 25 000 militaires ont profité de l’infrastructure et les réservations se prennent désormais plus de six mois à l’avance. « Le succès du poste repose sur les qualités d’un seul homme, monsieur Letessier, responsable du site depuis 1998 », souligne le chef de corps du 1er RHP. Ancien hussard parachutiste, Thierry Letessier est un enfant de Bercheny. « La réussite de cette entreprise est liée à son faible coût. Le poste est uniquement un centre d’hébergement. Chaque unité gère les activités et l’alimentation. Nous avons des partenariats avec les restaurants d’altitude et les commerces locaux, » explique-t-il. Au cœur du village, nul besoin de moyen de transport, les unités sont en totale autonomie.

    Au profit des unités opérationnelles
    À une heure de Tarbes, le 1er RHP organise une semaine d’oxygénation été ou hiver, par an et par escadron. Le capitaine Jean-Baptiste Patier, commandant d’unité, revient d’Afghanistan. « Entre janvier et avril, tous les escadrons du régiment vont passer à Barèges. C’est une chance d’avoir cette infrastructure. Elle permet de découvrir la montagne et de travailler la rusticité. » Pour les week-ends cohésion ou les séminaires de commandement, le site est l’occasion de sortir du cadre du quartier et de s’éloigner des contraintes du quotidien pour une période sanctuarisée. « L’escadron a été très sollicité pendant un an, entre la mise en condition avant projection, le départ en opération extérieure et les permissions au retour.

    Les hussards sont encore fatigués. Parallèlement, j’ai intégré 40 jeunes qui sortent de centre de formation initiale. Les deux populations doivent être en phase fin avril. Le poste de Barèges a toute sa place dans ce cadre. C’est l’objectif fixé par le chef de corps », insiste le capitaine. Alors que le 1er RHP retrouve la vie de l’escadron, c’est aussi l’occasion pour lui d’accueillir les compagnies du 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP), avec qui il a passé six mois en vallée de Kapisa.

    Vers une nouvelle dynamique
    À l’instar de la version été du sas de décompression à Chypre, Barèges apparaît comme une initiative complémentaire de la remise en condition opérationnelle prévue dans le cycle à cinq temps.

    Inscrite dans la programmation du commandement des forces terrestres, cette initiative régimentaire est désormais formalisée. Inclus à ce titre dans la programmation du 1er RCP, après son retour d’Afghanistan, le stage d’oxygénation marque « la fin de la convalescence afghane », explique le capitaine Franck Rebmann, commandant d’unité de la 4e compagnie. « Trois mois après leur retour, les gens sont encore fatigués.

    Au niveau individuel comme au niveau collectif, cette semaine permet à la compagnie d’intégrer ses jeunes recrues et de se refaire des souvenirs communs. Effacer les différences entre ceux qui ont fait ou n’ont pas fait l’Afgha. » Le capitaine de conclure : « Version été ou version hiver, Paphos et Barèges sont l’alpha et l’oméga : l’opposé entre la fin d’un cycle et le début d’un autre. Barèges marque la bascule, même si l’expérience afghane restera toujours dans nos mémoires. Il nous faut tourner la page. »

    -----------------------------------

    En descendant la route du Tourmalet, c’est une énorme fresque colorée sur la façade du poste de montagne du 1er Régiment de Hussards Parachutistes qui valorise désormais l’entrée de Barèges.

    CEM de Barèges Barege10


    Sur fond des Pyrénées et du pic du Midi, y sont représentés, d’un côté, Thierry Letessier, personnel civil du ministère de la défense en charge de ce bâtiment historique, puis de l’autre, Laurent Crampe, berger emblématique de la vallée, aujourd’hui disparu.
    Gestionnaire de ce poste militaire depuis vingt ans et porteur du projet, Thierry Letessier s’en réjouit de voir afficher en public “et d’inscrire dans le temps les liens existants entre l’armée-nation et Barèges” grâce à l’œuvre des artistes Géraldine Champio et Raphaël Poron.
    Une peinture unique pour un bâtiment unique. Construit sous Napoléon III au double titre d’hôpital militaire pour ses hommes qui venaient se soigner aux thermes, situées en face, et de paravalanches, il fut ingénieusement bâti sur un couloir d’avalanches pour protéger le village.

    L’édifice, de 6000 m2 avec des murs d’une épaisseur de 9 m par endroits, est devenu centre d’entrainement dans les années 80, pour être actuellement réorienté vers la décompression, l’oxygénation et la cohésion des équipes militaires. L’édifice a encore joué un rôle important lors de la dévastatrice avalanche de juin 2013 : la présence sur place des militaires ayant permis de soutenir pendant une semaine près de 600 personnes avant d’être évacuées.

    Ce n’est pas pour rien que le poste militaire est devenu même l’emblème de Barèges et que le souhait de se rapprocher publiquement de la population se soit exprimé dans un premier temps par cette œuvre, avant son ouverture au public.



    Marie-Ange Lobera
    Pyrénées Magazine


    Cette personne est surement de bonne volonté, mais elle ignore que cet édifice a servi de centre d'entrainement aux militaires depuis le début des années 60, et que de nombreux " PARAS NEIGE " mais pas que, ont émaillé de belle manière la vie de cette cité de Barèges.
    Ennuyeux quand même cette omission, surtout dans un grand magazine !


    CEM de Barèges Loic_b10

    Paras Neige


    Dernière édition par LAVEC le Mar 2 Fév - 19:02, édité 2 fois
    LAVEC
    LAVEC

    Messages : 41
    Points : 93
    Date d'inscription : 11/11/2020

    Revenir en haut Aller en bas

    CEM de Barèges Empty Re: CEM de Barèges

    Message  LAVEC Mar 2 Fév - 18:56



    Ce sujet fait remonter en mémoire des souvenirs.
    Parfois lors des stages à Barèges nous avions l'impression d'êtres un peu en vacances. Impression vite démentie par la rigueur militaire à laquelle nous devions répondre. Mais quand même, ces moments de détentes étaient importants.

    Et puis, il y a les mauvais souvenirs, comme le décès du S/C Borde.

    CEM de Barèges Scb10
     

    On peut en cliquant sur S/C Borde ci dessous approfondir le sujet.

    S/C BORDE
    LAVEC
    LAVEC

    Messages : 41
    Points : 93
    Date d'inscription : 11/11/2020

    Revenir en haut Aller en bas

    CEM de Barèges Empty Re: CEM de Barèges

    Message  MC Mer 3 Fév - 7:38



    Résultats de la coupe régimentaire de ski du 29 mars 1975 à Barèges.

    Slalom géant .

    dames :
    1 madame de VIRIEU
    2 madame BOVET
    3 madame de FRITSCH

    enfants :
    1 Sylvie SCHWANKE
    2 Bruno FAYETTE
    3 Eric GLATIGNY
    4 Eric CANTOUNAT
    5 Isabelle GLATIGNY

    classement des cadres du Régiment :

    1 commandant de VIRIEU
    2 lieutenant YOU
    3 sergent-chef LADAURADE
    4 capitaine VALLY
    5 adjudant ESPLUGAS
    6 adjudant BOVET
    7 sergent-chef GARDIEN
    8 adjudant PUJOL
    MC
    MC
    Admin

    Messages : 87
    Points : 234
    Date d'inscription : 11/11/2020

    https://www.les-camps-parachutistes.org

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum